vendredi 30 octobre 2009

De Bethune: La DB25 cadran Titane

La DB25 cadran argenté est pour moi une des plus belles montres "simples" du marché actuel. Classique, raffinée mais également innovante. La DB25 cadran titane est une déclinaison différente de cette DB25 en proposant un cadran titane, calibre et boîtier restant inchangés.

S'il fallait la décrire en quelques mots, on pourrait dire qu'il s'agit de la synthèse parfaite entre tradition (guillochage du cadran) et modernité (usage du titane). Car en effet, l'usage du titane guilloché donne un caractère très particulier à cette montre: le cadran prend de très beaux reflets selon la lumière et est peut-être plus en cohérence avec le calibre que peut l'être le cadran argenté.


Les chiffres arabes remplacent ici les chiffres romains mais ce sont les minutes qui sont indiquées. L'indicateur de réserve de marche (6 jours) est en revanche identique.

Côté calibre, nous retrouvons avec plaisir l'innovant DB2024 avec son balancier en titane & platine protégé par le système triple pare-chute. Le rotor est également en titane & platine.

On reproche régulièrement à la DB25 sa taille importante (près de 45mm) pour une montre habillée. Ce reproche est peut être finalement moins fondé dans cette version car le cadran lui donne une allure plus sportive. Cependant, quelque soit la version, la forme du boîtier rend la montre très confortable à porter.

Cette DB25 à cadran titane est une réussite. Le talent et l'originalité de Denis Flageollet s'y expriment avec bonheur et elle est finalement plus cohérente dans son ensemble que la DB25 à cadran argenté. Cependant, à titre personnel, je continue à préférer cette dernière car son aspect plus classique, plus raffiné et l'utilisation des chiffres romains me séduisent plus.

dimanche 25 octobre 2009

Richard Mille: La RM016 Pièce Unique

Chez Chronopassion, j'ai eu l'opportunité de voir cette RM016 pièce unique qui fut personnalisée à la demande d'un client.

La RM016 est une montre un peu particulière au sein de la collection Richard Mille car elle propose une forme de boîtier unique, différente de celle qui constitue l'identité visuelle de la marque. Cependant, malgré sa forme différente, le boîtier a été conçu avec le même soin et le même souci du détail que les boîtiers "traditionnels" de Mille.

Lorsque le communiqué de presse présentant la RM016 sortit, je fus immédiatement séduit par la montre, par son style. Il s'agissait pour moi d'une évolution fort intéressante et d'une utilisation réussie du calibre RM005-S, qui équipait déjà la RM010. Ce calibre squeletté, à la platine en titane, d'une fréquence de 4hz, développé par Vaucher, comporte un double-barillet lui donnant une réserve de marche de 55 heures.

Ce qui m'avait également séduit lors de la présentation de la RM016 était le design particulier de la couronne en titane, plus fine et comportant un élément central en or la rendant très élégante.

Malheureusement, lorsque j'ai essayé la montre pour la première fois, je fus désagréablement surpris par la taille conséquente du boîtier (49,8mm x 38mm x 8,25mm). Près de 5 centimètres de longueur, c'est beaucoup d'autant plus que les montres de forme accentuent toujours la perception de la taille par rapport aux montres rondes. Heureusement, la finesse du boîtier lui donne un côté élancé plutôt agréable. Mais je persiste à penser qu'avec quelques mm de moins, cette RM016 aurait pu devenir une réinterprétation innovante et réussie de la montre classique rectangulaire. Dommage.

La pièce unique visible chez Chronopassion répond donc à un souhait de personnalisation d'un client. La modification a été effectuée sur le boîtier en or gris qui est strié un peu comme une calandre de voiture. Cela change radicalement notre perception de la montre.

Le calibre RM005-S reste inchangé. Vous apprécierez la forme réussie de la couronne. Le bracelet en tissu se marie bien avec la montre.

Comme de coutume avec Mille, la RM016 est très confortable lorsque nous la mettons au poignet. C'est pour cela que je suis un peu frustré par ce problème de taille car il ne manquait pas grand chose pour que je sois totalement séduit.

Il est toujours passionnant de pouvoir observer une montre personnalisée car nous finissons toujours par nous demander qu'elle aurait été notre propre démarche si nous avions eu la même possibilité. Le résultat dans ce cas précis est plutôt réussi car la différence visuelle est marquée par rapport au modèle d'origine.

Un grand merci à l'équipe Chronopassion.

samedi 24 octobre 2009

Boucheron: Chronographe Automatique "Paname"

Je fus invité par Boucheron à découvrir une des nouveautés du salon de Bâle 2009, le chronographe automatique de la collection Ronde, la "Paname".

Ce nom évoque la ville de lumière mais du fait de son origine argotique a une connotation plus années folles, plus malicieuse et sort des clichés traditionnels des noms de montres.

Si le nom est original, la montre est plutôt classique. Il s'agit d'un chronographe automatique avec un compteur 30 minutes et une date à 6 heures.

Le design est élégant et raffiné, les graduations entre les secondes ont été supprimées afin d'alléger le cadran. Les chiffres sont appliqués ce qui lui donne du relief. Le guichet de date reprend la forme favorite de la maison Boucheron, l'ovale.

C'est le boîtier qui donne du caractère à la montre: la lunette (43mm de diamètre) dépasse légèrement le boîtier (42mm) , la carrure est ornée de clous de Paris, les poussoirs sont rectangulaires et sur la couronne est inscrite l'adresse de Boucheron.

La position des poussoirs par rapport à la couronne trahit la présence d'un calibre modulaire (ETA + plateau Dubois-Depraz). Ce calibre est partiellement visible à travers une ouverture ovale à l'arrière du boîtier qui est loin d'être indispensable.

Du fait de son diamètre, la montre a une belle présence au poignet et se positionne bien grâce à la boucle déployante.

Du fait de son esthétique intemporelle, la "Paname" est une montre qui ne se démodera pas. Ses principaux atouts sont son élégance sans faille et le travail sur le boîtier. Je regrette en revanche la taille du guichet de date qui apparaît comme trop petit sur le cadran et l'utilisation d'un calibre, certes fiable et robuste mais guère excitant horlogèrement parlant. La taille des compteurs et du boîtier aurait constitué un contexte favorable à la présence d'un système de grande date. Enfin, pour une montre habillée, un diamètre plus contenu aurait été préférable.

Merci à l'équipe Boucheron pour leur invitation.

mardi 20 octobre 2009

La Cabestan Chronopassion

Je vous avais déjà présenté la Cabestan suite à ma rencontre avec Jean-François Ruchonnet au salon de Bâle 2009.

Voici quelques photos de la version spéciale réalisée pour la célèbre boutique Chronopassion.

Cette version spéciale se distingue par un boîtier titane et des chiffres orange. Ce mélange noir & orange fonctionne bien et il s'agit d'une de mes déclinaisons préférées.

Comme toujours avec cette montre, on l'adore ou on la déteste. Pas de demi-mesure! Cependant, pour pouvoir la juger avec justesse, il faut impérativement la manipuler, la porter. La Cabestan surprend par son confort et sa lisibilité. Une montre que tout amateur d'horlogerie doit découvrir du fait de ses particularités.

Un grand merci à Arnaud et à l'équipe Chronopassion.

dimanche 18 octobre 2009

Sarpaneva: Loiste

La Loiste est une série limitée de 30 montres réalisées par Stepan Sarpaneva. Loiste signifie en finnois "éclat" ou "gloire" mais c'est surtout la suite logique de la première montre réalisée par le jeune horloger d'Helsinski.

Sa première réalisation s'appelait la Time Tramp et était une montre de poche dont le boîtier était inspiré par le pignon de kickstarter d'une Harley-Davidson et qui utilisait un calibre ultra-plat Piaget.

La Loiste reprend certains des codes de la Time Tramp notamment dans le travail du boîtier. Ce dernier est réalisé en acier inox et a un diamètre de 37mm. Cependant, du fait de sa forme ainsi que de l'ouverture du cadran, la montre fait plus petite qu'elle n'est.

Le calibre utilisé est un 2824-2 modifié. Son rotor a une forme de turbine et lorsqu'il tourne, il anime de façon spectaculaire l'arrière de la montre: visuellement, nous avons l'impression d'être en face d'un kaléidoscope.

Les finitions sont sans défaut et le travail sur le boîtier très abouti. Vous noterez la couronne typique de Stepan Sarpeneva.

Au poignet, ce mélange subtil entre originalité et élégance fonctionne sans problème et le charme de cette montre agit. Son ouverture du cadran réduite fait qu'elle semble plus indiquée pour les petits poignets mais malgré cela, elle se porte avec beaucoup de plaisir.

Malheureusement, cette Loiste n'est plus disponible et ne fait plus partie de la collection de Stepan Sarpaneva. Souhaitons qu'il réintroduira une montre au diamètre contenu dans le futur afin que les personnes ne souhaitant pas porter des montres de 42mm et plus puissent également accèder à l'univers si particulier de Sarpaneva.

Un grand merci à Philippe Mariez.

Sarpaneva: K3 Harvest Moon

Grâce à Philippe Mariez, j'ai eu l'occasion de voir la Sarpaneva K3 Harvest Moon qui est une série limitée de 20 montres.


Il s'agit de ma K3 préférée pour 2 principales raisons:
  • le boîtier en acier a été revu et son diamètre réduit par rapport à celui des autres K3, Black Moon comprise: 42mm contre 44mm. La montre semble donc moins excessive (même si l'excès fait partie du charme de la K3) et plus équilibrée. Son épaisseur est de 10,2mm donnant un côté élancé à l'ensemble.
  • le contraste entre la lune en or rose et le reste de la montre (le boîtier et le cadran ont été traités en DLC noir) est saisissant. Notre regard est totalement capté par la beauté énigmatique de la lune et il est bien difficile de ne pas être hypnotisé. Lorsque nous retournons la montre, le rotor fait le même effet.
Côté calibre, nous retrouvons le Soprod A10 modifié par Stepan Sarpaneva qui a une réserve de marche de 42 heures et une fréquence de 4hz.


Nous retrouvons les détails esthétiques propres à Stepan qui donnent tout le caractère à sa collection actuelle: la forme du boîtier et de la couronne, cette grille sur le cadran qui accentue le côté mystèrieux de la montre. La K3 délivre tout son charme une fois mise au poignet et le propriétaire de la montre a très vite l'impression de posséder un objet à la dimension quasi mystique, inspiré par les vieilles légendes nordiques.


L'écrin n'est pas en reste et sa simplicité n'exclut pas le souci de cohéence avec la montre comme le prouve cette décoration qui y est apposée:

Une montre Sarpaneva envoûte... cette K3 Harvest Moon ne déroge pas à la règle. On n'achète pas une Sarpaneva pour posséder un calibre hors du commun mais pour rentrer dans une atmosphère, dans un univers particulier. La qualité des finitions et le soin dans les détails contribuent fortement à la réussite de cet objectif. Un grand merci à Philippe Mariez pour le temps qu'il a passé avec moi.

mercredi 14 octobre 2009

Richard Mille: La RM010

La RM010 que je vous présente est la montre de tous les jours d'un ami. La RM010, derrière sa simplicité (il ne s'agit que d'une montre heures-minutes-secondes-quantièmes), présente déjà tous les traits qui rendent les Richard Mille si spéciales:
  • le boîtier au dessin si caractéristique et au grand confort
  • l'originalité de la décoration du calibre et des matériaux employés
  • certaines spécifications techniques innovantes.

Autant l'avouer tout de de suite, je ne suis pas à titre personnel un fan absolu des montres Richard Mille, n'adhérant pas forcément à leur design. Mais je salue l'importance qu'elles ont eue dans l'industrie horlogère ces dernières années. Les idées portées par Richard Mille qui consistent finalement à transformer la montre en objet de compétition high-tech tel un voilier de course ou une voiture de formule 1 se sont ensuite diffusées un peu partout: les références au design Mille (chez Cvstos par exemple), la volonté d'alléger les boîtiers et les calibres, l'emploi de nouveaux matériaux, tout cela s'est ensuite propagé dans le milieu horloger.

Le principal intérêt de la RM010 réside dans la présentation du calibre RM005-S développé par Vaucher. Il s'agit ici d'un mouvement squeletté dont la platine est en titane avec un revêtement en PVD noir. Ainsi, le squelettage, original dans son traitement, ne réduit pas la lisibilité de la montre. De même, tout le disque des quantième en saphir est visible (accentuant le côté technique de la montre) sans apporter une confusion de lecture.

Le calibre RM005-S a un double-barillet, une fréquence de 4hz et une réserve de marche de 55 heures. Les bras du rotor, à remontage unidirectionnel, sont en titane et les ailettes en or.

Le boîtier est évidemment particulièrement bien usiné et ses trois parties sont assemblées par 12 vis cannelées en titane grade 5, 8 côté lunette, 4 côté fond. Il est étanche à 50 mètres. Vous remarquerez la couronne en titane avec son imposant collier en Alcryn.

C'est une fois que la montre est mise au poignet que nous comprenons l'attrait que peut exercer une montre Mille: la RM010 est extrêmement confortable et se positionne idéalement sur le poignet. Les dimensions sont généreuses (48mm x 39,30mm au plus large x 13,84mm au plus épais) mais la réussite du dessin du boîtier fait que l'ensemble dégage un sentiment de fluidité.


Montre très confortable, beau calibre squeletté, boîtier réussi, le tableau semble complet. Et pourtant au fond de moi, je ne suis pas totalement attiré par la montre. D'abord, dans ce segment de prix, très élevé pour une montre sans véritable complication, la concurrence est rude et mon coeur me porterait plus vers la beauté plus classique de la DB25 de De Bethune et son calibre techniquement irrésistible. Ensuite, il y a toujours des détails qui ne me plaisent pas comme cette couronne que je trouve trop grosse et peu agréable au toucher. Enfin, l'originalité de l'exécution ne cache pas malheureusement le très classique affichage de l'heure. J'aurais peut-être aimé plus d'audace à ce niveau-là.

De toutes les façons, la marque a ses fans et ses détracteurs, elle ne laisse pas indifférent, elle compte beaucoup dans le paysage horloger et cette RM010 reste une très belle montre et un excellent moyen de rentrer dans l'univers de Richard Mille. C'est là bien l'essentiel.

samedi 10 octobre 2009

Breguet: La Tradition Or Rose

La Tradition Or Rose à remontage manuel fut présentée lors du Salon de Bâle 2009 et constitue une évolution fort intéressante de ce modèle qui symbolise depuis plusieurs années le renouveau de la marque.

En effet, outre l'emploi de l'Or Rose, une touche de modernité a été subtilement rajoutée au design de la montre en proposant un contraste très actuel entre la platine dorée du calibre et le cadran d'affichage de l'heure, en Or traité en galvanoplastie noir.


Nous retrouvons les principales caractéristiques de la montre à savoir un boîtier d'un diamètre de 37mm (à la taille adéquate car la finesse de la lunette accentue le sentiment de taille) et l'utilisation du calibre 507DR, d'une réserve de marche de 50 heures, spécifiquement développé pour cette montre. A noter la présence de l'indicateur de la réserve de marche à la fois au recto ou au verso de la montre.


L'architecture du calibre 507DR a été pensée avant tout pour répondre à des exigences esthétiques afin de retrouver les codes des montres d'Abraham-Louis Breguet et notamment ceux de la montre de souscription qui ont inspiré la Tradition. Le pare-chute n'a cependant ici qu'un intérêt visuel contrairement à la montre d'origine.

La contrepartie de l'organisation du calibre, totalement orientée côté cadran est que l'arrière de la montre est un peu vide même si la qualité de finition est au rendez-vous.

Nous retrouvons donc les qualités et les défauts de la Tradition mais il n'en demeure pas moins que cette montre, classique mais atypique, exerce toujours un pouvoir de séduction et que cette version en Or Rose est un véritable régal pour les yeux. Si nous rajoutons que le confort au porter est au rendez-vous, il est alors difficile de résister à cette nouvelle Tradition.

dimanche 4 octobre 2009

Gérald Genta: Arena MetaSonic

L'embargo sur cette montre étant levé, c'est avec plaisir que je vous présente l'Arena MetaSonic.

Nous connaissons la maîtrise de la Manufacture Genta&Roth dans la production de montres à Grande Sonnerie: elle fut la première à présenter en 1994 dans une montre bracelet un carillon Westminster à 4 marteaux développé à l'époque par Pierre-Michel Golay. Depuis cette année-là, la Manufacture a fabriqué 61 montres à Grande Sonnerie et la présentation de la MetaSonic s'inscrit dans cette tradition.

Tradition se conjugue ici avec innovation.

Si nous retrouvons l'architecture du calibre à remontage manuel que nous retrouvons dans l'Arena Grande Sonnerie, c'est tout ce qu'il y a autour qui a été repensé afin d'atteindre la meilleure qualité acoustique possible.

Le calibre de l'Arena Grande Sonnerie (qui comporte plus de 850 pièces):

Ainsi, la lunette et le fond du boîtier sont en titane. Mais la carrure de la montre utilise un alliage breveté unique, spécifiquement développé dans le but d'améliorer la puissance du son et sa qualité: le Magsonic. Les caractéristiques de densité, d'élasticité et de déperdition ont été considérablement optimisés par rapport aux matériaux traditionnels ce qui augmente l'intensité et la mélodie du son.

Autre innovation: les différentes parties du boîtier sont assemblées sans vis (qui peuvent perturber le son) mais par le biais de piliers extérieurs.

L'Arena MetaSonic est étanche à 30 mètres (volonté constante de la Manufacture pour ses montres à sonnerie) et va à l'opposé des idées reçues selon lesquelles une montre Grande Sonnerie ne peut être étanche.

La Manufacture continue, comme pour les Octa Sonnerie, à utiliser évidemment le logiciel développé en collaboration avec un laboratoire acoustique qui permet d'ajuster avec précision l'intensité, la force, la justesse des notes ainsi que leurs intervalles.

Mais tout ce contexte innovant ne pouvait être validé si la montre avait présenté une esthétique similaire aux Arena Grande Sonnerie antérieures.

Afin d'être en cohérence avec la recherche de l'optimisation des qualités acoustiques de la montre, l'Arena MetaSonic a été dessinée un peu comme un instrument de musique. Le boîtier, les leviers, les couronnes, le rendu visuel du cadran et du calibre, tout a été pensé avec originalité et ergonomie.

Même si certains détails nous rappellent les Arena Grande Sonnerie (présence des marteaux côté cadran, tourbillon à 10 heures, registre de l'heure à droite etc...), la rupture de style est évidente. La montre surprend énormément puis séduit.

Je précise que la montre photographiée est un prototype et que les photos datent de janvier 2009.


Vous observerez la présence des piliers extérieurs qui assemblent les 3 parties du boîtier, la forme particulière de la couronne et l'originalité des sélecteurs (petite ou grande sonnerie, silence ou fonctionnement de la sonnerie). A 9 heures, se trouve le poussoir qui actionne la répétition minutes.


Comme de tradition, la couronne permet dans un sens de remonter le mouvement principal d'affichage de l'heure (48 heures de réserve de marche) et dans l'autre, le mouvement de sonnerie (24 heures de réserve).

Le calibre comporte des rubis en saphir blanc afin de conserver l'harmonie de l'ensemble:


Le boîtier a un diamètre de 46mm à la carrure et atteint les 50mm au total.

Oeuvre magistrale, cette Arena Metasonic représente une nouvelle étape dans l'histoire des montres Grande Sonnerie et dépoussière avec bonheur le style un peu vieillot des Arena précédentes. A noter que la Metasonic sera livrée dans un écrin sortant tout droit d'un film de James Bond s'ouvrant lorsque le propriétaire de la montre l'effleure avec un doigt...

Afin de se rendre compte de la qualité du son, vous pouvez télécharger ce fichier au format m4r afin de l'utiliser comme sonnerie pour votre téléphone. Un bon moyen d'être toujours accompagné par la Metasonic sans la commander auprès de la Manufacture!

samedi 3 octobre 2009

Vacheron Constantin: Les Masques édition 2009

L'édition 2009 des Masques sera la dernière. 3 années, 25 sets de 4 montres par an, ce sera donc un total de 300 montres qui auront été produites dans le cadre de la collection des Métiers d'Art si particulière et qui mélange avec bonheur les dimensions artistiques et horlogères.

4 montres, 4 masques symbolisant un continent, 4 poèmes, 4 matériaux mais un même calibre et un système d'affichage de l'heure identique, voici en quelques mots la description du set.

Tout le talent de Vacheron Constantin consiste à reproduire fidèlement le Masque, à l'adapter au contexte de la montre et à faire que tout l'ensemble, masque, cadran, boîtier, matériau soient en harmonie.

Chaque montre est équilibrée du calibre de manufacture 2460G4, au poinçon de Genève, d'une fréquence de 4hz et d'une réserve de 43 heures. L'heure, les quantièmes et les jours sont affichés par le biais de 4 guichets répartis autour du masque. Les boîtiers sont de taille identique avec un diamètre de 40mm.

Le continent américain est représenté par la montre platine et par un masque mexicain en or 18 carats.

L'effet de relief, comme sur toutes les montres de la collection est saisissant:

La montre en or rose au masque en provenance du Gabon représente l'Afrique. Ce masque est un des plus difficiles à réaliser. La taille du boîtier est parfaite, ni trop grande afin de préserver l'élégance, ni trop petite afin de bien profiter de la dimension artistique de la montre.


Le pays asiatique de la collection 2009 est la Chine. Le côté "luxuriant" du masque se marie parfaitement bien avec le boîtier en or jaune.

Enfin, entorse à la Géographie, l'Indonésie est le pays de l'Océanie avec la montre en or gris et son masque Lombok.

Tous les masques sont réalisés au sein de l'atelier de gravure d'Olivier Vaucher. Mais ici, il faut plus parler de sculpture que de gravure. La partie la plus délicate a été de conserver le réalisme, la beauté, la magie des masques originaux dans leurs représentations. Le souci du détail, la qualité de l'exécution sont remarquables.




Les montres ne peuvent être achetées que par set complet ce qui est tout à fait logique car c'est un voyage à travers les continents que nous propose Vacheron.

Les 12 montres qui furent présentées par la manufacture au cours des 3 dernières années auront marqué le paysage horloger par leur originalité et leur intrigante beauté.